Comme chaque année, le petit monde de la F1 arrive au Brésil à bout de souffle pour l’ultime et dernière course d’une saison des plus passionnante, une semaine à peine après le Grand Prix des Etats-Unis. Certes la dernière épreuve de l’année, mais sans aucuns doutes l’une des plus excitante avec un tracé terriblement sélectif apprécié aussi bien par les pilotes que par les spectateurs pour ses dépassements d’anthologie. Et comble du suspens, c’est sous la chaleur humide du Brésil que le titre se jouera définitivement, de quoi profiter de cette saison jusqu’à la dernière minute. Petite rétrospective de l’événement dans la suite avant la course de dimanche !

FICHE TECHNIQUE DU GRAND PRIX

20ème épreuve de la saison
Autodrome José Carlos Pace d’Interlagos (4,309 km) – São Paulo, Brésil
71 tours, soit 305,909 km

Site officiel : www.gpbrasil.com.br
Vainqueur 2011 : Mark Webber, Red Bull-Renault, 1 h 32 min 17 s 464 (vitesse moyenne : 198,877 km/h)
Pole position 2011 : Sebastian Vettel, Red Bull-Renault, 1 min 11 s 918 (vitesse moyenne : 215,696 km/h)
Record du tour en course 2011 : Mark Webber, Red Bull-Renault, 1 min 15 s 324 (vitesse moyenne : 205,942 km/h)

Usure des pneus : moyenne
Pneus à surveiller : droits
Usure des freins : faible
Appui aérodynamique : important
Pleine charge (accélérateur à fond) : 68% du tour
Secteur à fond le plus long : 1 220 mètres
Effet du poids de l’essence : 10 Kg font perdre 0″28 au tour

PETIT RETOUR HISTORIQUE

Le Grand Prix du Brésil est une épreuve du championnat du monde de Formule 1. Il se dispute depuis 1972 et compte pour le championnat du monde depuis 1973.

FAITS MARQUANTS

Grand Prix du Brésil 1975 : Deuxième épreuve de la saison, le Grand Prix du Brésil est remporté par le pilote local Carlos Pace qui décrochera l’unique victoire de sa carrière en F1.

Grand Prix du Brésil 1978 : Deuxième épreuve de la saison, le Grand Prix du Brésil est remporté sur Ferrari par le pilote argentin Carlos Reutemann qui offre au manufacturier de pneumatique Michelin sa première victoire en Formule 1.

Grand Prix du Brésil 1980 : Deuxième épreuve de la saison, le Grand Prix du Brésil est dominé par les Renault équipées du moteur turbo, En tête jusqu’à la mi-course, Jean Pierre Jabouille est contraint à l’abandon et doit céder la victoire à son coéquipier René Arnoux qui décroche son premier succès en Formule 1.

Grand Prix du Brésil 1981 : Deuxième manche de la saison, le Grand Prix du Brésil disputé sous la pluie est théâtre du second doublé consécutif de la saison de l’écurie Williams mais dans le désordre : désobéissant ouvertement aux consignes d’équipe, Reutemann refuse de céder la victoire à son coéquipier Alan Jones, champion du monde en titre, et s’impose facilement. Les visages crispés au sein de l’écurie britannique après la course témoignent du malaise ainsi créé.

Grand Prix du Brésil 1982 : Deuxième manche de la saison, le Grand Prix du Brésil est remporté par Alain Prost (Renault) déclaré vainqueur à la suite de la disqualification pour poids non conforme du vainqueur initial Nelson Piquet (Brabham) et de son dauphin Keke Rosberg (Williams).

Grand Prix du Brésil 1983 : Manche d’ouverture de la saison, le Grand Prix du Brésil est remporté par le pilote local Nelson Piquet (Brabham-BMW) qui s’impose devant personne. En effet, arrivé deuxième de l’épreuve après une belle frayeur, sa Williams s’étant embrasée lors de son ravitaillement en essence (il a fallu toute la force de persuasion de son équipe pour l’obliger à remonter dans sa F1), le champion du monde en titre Keke Rosberg a été disqualifié pour poussette illicite dans les stands suite à son souci lors du ravitaillement. Les commissaires sportifs ont laissé cette deuxième place vacante et n’ont pas reclassé les pilotes arrivés derrière Rosberg.

Grand Prix du Brésil 1989 : Présent avec son écurie AGS sur le circuit de Jacarepagua, à Rio de Janeiro, pour une séance d’essais privés préparatoires à la saison 1989, Philippe Streiff est victime d’un très grave accident le 15 mars 1989 lors des essais de pneumatiques. Dans le virage du Suspiro, il commet une légère erreur de conduite, sa voiture touche le vibreur et décolle instantanément au dessus du rail avant de faire plusieurs tonneaux. L’arceau de sécurité, qui n’avait pas été mis en conformité, est arraché. Coincé dans sa voiture il est secouru dans des conditions qui le laissent tétraplégique : les secouristes brésiliens sont accusés d’avoir aggravé ses blessures en l’arrachant à la voiture.

Grand Prix du Brésil 2003 : Troisième épreuve de la saison, le Grand Prix a été interrompu avant la fin de la course, à la suite de l’accident de Fernando Alonso. Giancarlo Fisichella après avoir dépassé Kimi Räikkönen deux tours avant l’interruption de la course s’est fait priver durant 5 jours de sa victoire, attribuée à l’origine au Finlandais. En effet, le classement s’établit selon le classement 2 tours avant l’interruption. L’accident se produisit seulement un tour après la prise de la tête de course par Giancarlo, mais après enquête, le drapeau rouge fut déployé environ 4 secondes après que le pilote Jordan ne franchisse la ligne d’arrivée. L’échange des coupes entre les 2 hommes s’est produit lors du Grand Prix suivant.

Grand Prix du Brésil 2008 : Avant la dernière manche de la saison, Lewis Hamilton et Felipe Massa sont les deux pilotes en course pour le titre de champion du monde. Alors que Massa doit obligatoirement finir premier ou second pour être titré, Hamilton n’a besoin que d’une cinquième place pour être sacré, en cas de victoire du Brésilien. La course démarre sous une forte pluie. Massa part de la pole position et passe l’essentiel de la course en tête. Il croit même remporter le titre lorsqu’il passe la ligne d’arrivée en vainqueur, Hamilton n’étant à ce moment-là que sixième. Or l’anglais dépasse Timo Glock dans l’ultime virage : le pilote allemand, en perdition, avait choisi de garder ses pneus pour le sec alors que la pluie a refait son apparition dans les derniers tours. Lewis Hamilton s’adjuge donc le titre et devient le plus jeune champion du monde de l’histoire.

Grand Prix du Brésil 2010 : Pour l’avant-dernière manche de la saison, le jeune pilote allemand Nico Hülkenberg réalise la première pole position de sa carrière et devance sur la grille les cinq pilotes encore en lice pour le titre mondial. Sebastian Vettel et Mark Webber, en réalisant un doublé, permettent à leur écurie Red Bull Racing de décrocher son premier titre de champion du monde des constructeurs. À l’issue de l’épreuve, quatre pilotes (Fernando Alonso, Webber, Vettel et Lewis Hamilton) sont encore en lice pour le titre de champion du monde des pilotes.

PALMARES - Le palmarès complet depuis 1972 par ici

2000 – Michael Schumacher – Ferrari – Interlagos
2001 – David Coulthard – McLaren-Mercedes – Interlagos
2002 – Michael Schumacher – Ferrari – Interlagos
2003 – Giancarlo Fisichella – Jordan-Ford – Interlagos
2004 – Juan Pablo Montoya – Williams-BMW – Interlagos
2005 – Juan Pablo Montoya – McLaren-Mercedes – Interlagos
2006 – Felipe Massa – Ferrari – Interlagos
2007 – Kimi Räikkönen – Ferrari – Interlagos
2008 – Felipe Massa – Ferrari – Interlagos
2009 – Mark Webber – Red Bull-Renault – Interlagos
2010 – Sebastian Vettel – Red Bull-Renault – Interlagos
2011 – Mark Webber – Red Bull-Renault – Interlagos

Source Wikipedia & www.gpbrasil.com.br