Le tenant du titre remporte la 18ème victoire d’étape de sa carrière sur le Dakar, mais la conquête du classement général est remise à plus tard. Il ne reprend que 2′ à Cyril Despres et pointe toujours à 8’10 ». Stéphane Peterhansel remporte quant à lui une 58ème victoire de spéciale, qui marque peut-être un tournant de l’édition 2012. En camion, Gerard De Rooy remporte une nouvelle étape. Son équipe s’est installée au sommet de la hiérarchie, avec trois Iveco. Tous les détails de cette 4ème étape dans la suite !

La plus belle fille du monde ne peut offrir que ce qu’elle a, dit-on. Marc Coma se retrouve parfois confronté au même problème. Surtout lorsqu’il se fixe pour mission de partir à la conquête de Cyril Despres, leader du classement général du Dakar. La situation présente un air de déjà vu, et l’Espagnol a fait la démonstration à plusieurs reprises qu’un retard d’une dizaine de minutes était dans ses cordes. Parti sur des bases élevées, Coma avait déjà enrhumé Casteu, Rodrigues, Gonçalves et Verhoeven après 137 km. Despres, qui ouvrait la piste à plein régime, perdait alors 1’51 », puis 3’49 » à CP2, soit 115 km plus loin. Le pilote catalan semblait alors parti pour combler la moitié de son retard au général. Au final, il signe le meilleur temps mais ne grignote que 2’02 » à son rival.

Derrière les deux têtes d’affiche de KTM, le constat de l’incapacité à batailler « à la loyale » se précise. Après quatre jours de course, les candidats au podium final flirtent déjà avec la demi-heure de retard. Parmi eux, Frans Verhoeven a été le plus rapide du jour, pointé à 8’26 », malgré un problème électrique qu’il a pris quelques minutes à réparer. Juste derrière lui, Helder Rodrigues est le mieux placé au général pour profiter d’éventuelles erreurs du duo de favoris. Mais à 26’48 » tout de même ! Le pilote Yamaha, déjà sur le podium final l’année dernière, a subtilisé aujourd’hui ce rang à David Casteu, qui a commis une erreur de navigation en début d’étape. Il dépasse également dans le même mouvement « Chaleco » Lopez, qui a comme Casteu laissé une quinzaine de minutes entre San Juan et Chilecito.

Un nouvel ordre des choses a été établi en auto, plus conforme aux pronostics d’avant-course. Stéphane Peterhansel a affirmé son statut de patron, en remportant l’étape du jour. Le déboulé vers Chilecito le place aussi en tête du classement général, avec 5’41 » d’avance sur son premier poursuivant. Et en dehors de ses coéquipiers du team X-Raid, il se peut justement que Giniel De Villiers soit le principal client à surveiller pour l’homme  des records sur le Dakar. Le Sud-Africain, qui a terminé sept de ses huit Dakar dans les sept premiers, se pose comme une référence en matière de régularité. Il sera comme en 2009 à l’affût de la moindre erreur des autres pour tenter d’accrocher la voiture. Et le pick-up Toyota qu’il étrenne sur le Dakar se montre au rendez-vous. C’est d’ailleurs au volant du même Hilux qu’Orlando Terranova a réussi à prendre la deuxième place de l’étape du jour.

L’impression faite dans les premiers jours par les Hummer n’a pas été démentie par la prestation de Nasser Al Attiyah, en tête aux deux premiers pointages intermédiaires, aux km 137 et 252. En revanche, les craintes que l’on pouvait exprimer sur le tempérament du tenant du titre et de son coéquipier se sont aussi confirmées. Au kilomètre 288, le pilote Qatari a été pris au piège d’un passage boueux qui l’a coincé pendant 13 minutes. Il se retrouve maintenant à plus de 30 minutes de « Peter » au général, avec des perspectives de victoire qui s’éloignent sérieusement. Son coéquipier Robby Gordon, qui occupait ce matin la deuxième place du général, perd lui aussi gros dans la 4ème étape. Une série de crevaisons lui fait perdre 18 minutes dans le journée, ce qui le relègue maintenant à 16’23 » du leader français.

Les Argentins ont largement confirmé leur reprise en main de la course quad. Ils sont à nouveau quatre à occuper le Top 5 de l’étape ne laissant qu’au jeune Chilien Ignacio Casale l’honneur de les accompagner. Tomas Maffei signe donc le scratch devant les frères Patronelli tandis que Lucas Bonetto fait son apparition à la cinquième place du jour. Maffei complète sa journée en s’emparant du classement général où il devance Alejandro Patronelli de 2’52 » et son frère Marcos de 6’10 ».  Le break est déjà fait puisque derrière ce trio  c’est  à plus d’une heure qu’on trouve désormais les autres concurrents.

En camion, l’ambiance peut tourner à l’euphorie du côté du team De Rooy, qui enlève sa troisième spéciale d’affilée sur le Dakar 2012. Il s’agit en plus d’un « double-triplé », puisque qu’au-delà de la victoire d’étape de Gerard De Rooy, le podium du jour est complété par Miki Biasion et Hans Stacey. On retrouve les trois même camions en tête du classement général, où les Iveco semblent déjà faitre la différence. Ales Loprais s’est en effet montré en retrait en raison d’un pare-brise cassé, alors qu’Eduard Nikolaev a perdu plus de 20 minutes sur De Rooy aujourd’hui. Le Kazakh Ardavichus reste le premier représentant du Team Kamaz, en 5ème position, à 13 minutes.

Ce qui nous attends dans la 5ème étape : Chilecito – Fiambala

Jusqu’ici, personne n’est resté indifférent aux dunes blanches de Fiambalá, dont le sable a par exemple planté les motards par dizaines lors de leur première visite, et qui a également été fatal aux espoirs de victoire de Carlos Sainz à deux reprises, en 2009 et en 2011. Cette année, le parcours a été dédoublé pour offrir un confort de conduite optimal à tous les véhicules. A moto, les contretemps viendront plus sûrement des erreurs de navigation que des diffi cultés de franchissement. Ils devraient aussi connaître quelques frissons en roulant sur une étroite piste à fl anc de montagne, avant d’aborder le secteur de dunes. Totalement différent,le parcours réservé aux autos et camions emmènera plus longuement les pilotes dans le sable.

Retrouvez toutes les actualités de la course sur www.dakar.com